Chronique du vivant (31 01 23)

15h06 Une tache rouge attend sur une branche du millepertuis. Le petit oiseau au plastron oranger d'allure tranquille se tient prêt dès que la place sera libérée. La place, c'est le support qui retient le reste du pain de graisse, suspendu sur une branche à la limite du même millepertuis. Je n'ai pas comblé le... Lire la Suite →

Le début

La voilà de retour, la grenouille tant attendue. Elle parait seule pour le moment, les autres ne sauraient tarder. Alors en ce jour exceptionnel, aussi parce que le soleil s'est montré très clément, voici les deux pages du jour de mon journal La traversance dédié au jardin et au bois. L'observation continue. (pour y voir... Lire la Suite →

Carillonneur des aurores

Ni le vent ni la hulotte ni même le voisin clandestin des combles. Rien que l'édredon du silence, c'est à peine si les mots osent s'entrechoquer dans le cagibi obscur. Combien de fragments d'heures devrai-je encore amasser pour entendre le chant de l'aube ? se demande-t-elle en tâtonnant dans le noir chaudron de l'insomnie. 5h32,... Lire la Suite →

L’image du jour

S'il ne fallait en garder qu'une ce serait ce pic épeiche se nourrissant de la bonne graisse de tournesol aux arachides. Toujours la femelle. Une belle leçon d'équilibre où la queue joue un rôle essentiel. Elle est restée longtemps se tournant à droite, se tournant à gauche. Elle n'est repartie que repue. Les chardonnerets ont... Lire la Suite →

Reste de nuit et jour d’hiver

Cet acharnement des mots à ne rien vouloir dire quand ça leur prend de tourner en rond au-dessus des braises résiduelles de la fin de soirée. Ça lui remonte le long du corps comme une fourmilière hardie. Devant elle l'arbre s'est effondré sur les deux autres, trois frênes tant recouverts de lierre qu'on a du... Lire la Suite →

Où il est question d’un retour

Ça fait quelques mois que l'idée du retour au blog me titille. Mais bêtement mon clavier est resté froid jusqu'à ce jour. Ne suis-je donc plus capable d'aligner des mots en ces lieux pour parler de mes passions ? Aujourd'hui, une brèche semble s'être ouverte, je me cramponne aux mots d'une grande adoratrice de la... Lire la Suite →

Ce petit lien insondable

Il est venu me chercher alors que la nuit tombait dans le bois... Pff, il me parait si présomptueux d'affirmer ceci, de m'emparer d'un acte en satisfaisant mes désirs d'humaines explications, soit que cette petite boule de plumes m'ait crue perdue... ou qu'elle ait craint que les ombres de la nuit s'emparent de moi... que... Lire la Suite →

A la recherche de Teddy

La semaine dernière, un petit piaf décoloré s'est perché sur la palissade en bois du jardin.  Teddy était en train de ramasser toutes les graines que son bec court pouvait contenir. Depuis deux jours je le voyais se diriger vers une autre direction que celle qu'il avait l'habitude de prendre depuis qu'il est en couple.... Lire la Suite →

Juste lui et moi

Au début, j'ai connu Teddy sans voix. Je le voyais babiller ouvrant son petit bec, gonflant son plastron, tout en me regardant, et c'était à peine audible. Et puis, le temps passant, il semblait me raconter la vie du bois pendant mes quatre jours d'absence hebdomadaire. C'était tout piano piano, une minuscule petite voix logorrhéique.... Lire la Suite →

Propulsé par WordPress.com.

Retour en haut ↑