Monde sensible

Quelques semaines sans dessiner et je me retrouve en bas de la montagne, le souffle court, les mains embourbées dans l'hésitation, et la tête dans le flou. J'y pense, je sélectionne des photos qui me serviront. Mais rien n'est simple, bien sûr, tout me semble toujours à réapprendre ce que je n'ai jamais appris sinon... Lire la Suite →

L’image du jour

S'il ne fallait en garder qu'une ce serait ce pic épeiche se nourrissant de la bonne graisse de tournesol aux arachides. Toujours la femelle. Une belle leçon d'équilibre où la queue joue un rôle essentiel. Elle est restée longtemps se tournant à droite, se tournant à gauche. Elle n'est repartie que repue. Les chardonnerets ont... Lire la Suite →

Planche des familiers sauvages

Lorsque le bocal s'est écrasé du côté de la Margelle, une correspondance est née entre Loretta et Cyprien. Il n'était pas encore question d'oiseaux, nous voguions dans d'autres mondes. Pourtant le bocal débordait d'oiseaux sans noms bien avant d'atterrir, mais nous n'en savions pas beaucoup plus. Facido se donna le rôle d'observateur. Je ne sais... Lire la Suite →

Reste de nuit et jour d’hiver

Cet acharnement des mots à ne rien vouloir dire quand ça leur prend de tourner en rond au-dessus des braises résiduelles de la fin de soirée. Ça lui remonte le long du corps comme une fourmilière hardie. Devant elle l'arbre s'est effondré sur les deux autres, trois frênes tant recouverts de lierre qu'on a du... Lire la Suite →

Une affaire de famille

Il n'y a qu'un merle dans mon jardin. Plusieurs dans les jardins voisins qui ont plus de surface, d'ailleurs mon merle s'y rend de temps à autre.  Parfois un gros merle noir se perche sur un poteau de la clôture et observe mon petit bout de terre, puis il s'en va. Il est venu une... Lire la Suite →

Propulsé par WordPress.com.

Retour en haut ↑