Envolés, mission accomplie

note du 27 avril : hier, les jeunes merles ne savaient pas encore manger seuls, l'un d'eux avait essayé de piquer la pomme du bec, sans résultat, c'était pourtant pas l'envie qui manquait. Aujourd'hui, il recommençait et cette fois le bec s'enfonçait, de même pour les graines, j'en ai vu un picorer. L'apprentissage est en... Lire la Suite →

Quand le ciel vous tombe sur la tête

Le vent souffle sans répit depuis la nuit dernière, et parfois les rafales nous donnent l'impression qu'elles vont tout arracher. Alors me vient à penser d'aller faire des photos au coeur du bois, capter les mouvements et la furie du vent. Au moment même où j'émets cette idée insensée parait-il,  une vitre explose dans la... Lire la Suite →

Engloutie

Il pleut. Désespérément. Le ciel est plombé comme le toit d'une cathédrale. On pourrait presque le récupérer pour en faire des oeuvres kieferiennes. Mais des livres de plomb risqueraient de me saccager le moral, et ça, j'ai pas envie. Alors on part en balade. Le bien de la terre ici, c'est qu'elle absorbe, et que... Lire la Suite →

Tellement bon !

En haut des quatre-vingt-quinze marches que comporte l'escalier qui descend à la plage du bout du bois, ce petit animal dodu se remplissait la panse avec voracité des herbes tendres et touffues des pelouses dominant la mer. N'ayant visiblement que faire des bipèdes humains qui le regardaient faire, à ses risques et périls l'attrait de... Lire la Suite →

Tendance bleu

Tout simplement, je m'émerveille. Le bois est devenu océan, de bleu, de senteur, de beauté. Une sorte de frénésie s'est emparée de lui. Bleu. Tendre. Une frivolité. Une sorte de mise en apesanteur. Il ne sera jamais aussi beau que dans ses couleurs de robe de printemps. J'y marche, toujours mon petit sentier, celui que... Lire la Suite →

Une affaire de famille

Il n'y a qu'un merle dans mon jardin. Plusieurs dans les jardins voisins qui ont plus de surface, d'ailleurs mon merle s'y rend de temps à autre.  Parfois un gros merle noir se perche sur un poteau de la clôture et observe mon petit bout de terre, puis il s'en va. Il est venu une... Lire la Suite →

Renaissance – Loretta

La première à sortir de terre fut Loretta. Une main, un bras sur lequel elle prit appui pour extraire le reste de son corps. A genoux sur la terre meuble mêlée aux feuilles desséchées, elle resta un moment prostrée. Ses narines humèrent la douce odeur du sous-bois. Elle reconnaissait les arbres, ils avaient à peine... Lire la Suite →

Le silence des têtards

Le 14 mars, je publiais l'article "brrrrrroooooonnnnnnn" sur l'accouplement des grenouilles rousses commis dans le plan d'eau de mon jardin. Un mois plus tard, il est temps de vous donner des nouvelles de ces petits batraciens. Les oeufs ont profité d'un rayon de soleil pour commencer à éclore. Très vite la surface de la mare... Lire la Suite →

Juste lui et moi

Au début, j'ai connu Teddy sans voix. Je le voyais babiller ouvrant son petit bec, gonflant son plastron, tout en me regardant, et c'était à peine audible. Et puis, le temps passant, il semblait me raconter la vie du bois pendant mes quatre jours d'absence hebdomadaire. C'était tout piano piano, une minuscule petite voix logorrhéique.... Lire la Suite →

Cours après toi que le houx te retienne

Une suite un peu folle de la fuite de Loretta à travers le bois   (photos 'vy, modèles Loretta et Béatrice - 2018) pfff, n'importe quoi ! c'était moi qui. Qui ? On règlera ça demain, les Elles. J'arrive ! Mais qui parle ?

« brrrrrroooooonnnnnnn »

De la continuité comme un ronron de batracien roux. Une vibration basse presque continue. On se croirait en pleine méditation bouddhiste. Elles sont bien de retour, derrière la barrière des chants des oiseaux. Accrochées aux reflets miroitants de l'étang - une toute petite mare en fait mais la taille importe peu. Quand les princes charmants... Lire la Suite →

Alors tu tomberas en silence

"...lorsqu'il me faudra affronter le noir cavalier : mon recours, le seul, sera de lui lancer aux yeux cette poignée d'amour fou sur quoi mes mains, toujours se sont refermées. Ce lent regard sur l'enfant, sur le ciel, sur le vide." Christian Bobin - L'enchantement simple Et toi qui es tu ? La chose qui... Lire la Suite →

Le selfie et la galette – Béatrice amoureuse

"Tu me fais goûter ta galette ?" demande gentiment le loup. "Tu fais un selfie ?" lui répond Béatrice. C'est à peu près là que nous en étions. Un frémissement dans les circonvolutions labyrinthiques. Mais où est passée Béatrice ? c'est la question qui se chuchote de feuille en feuille, de marge à marge. Loretta... Lire la Suite →

Et là-haut les oiseaux…

Heureusement, il y a les arbres et les oiseaux. Et je sais qu'un jour j'accepterai la petite place insignifiante que le bois me laissera pour vivre en accord avec l'Univers. Mais en attendant, je dessine, le bois, les oiseaux et des corps féminins. Si j'étais capable de m'arrêter là, mais non, il y a ce... Lire la Suite →

Mon paradis sous le soleil de février

La mare est gelée mais les batraciens sont de retour, j'ai entendu le petit "brrronn" tout doux de mes p'tits crapauds... ou de ma princesse aux belles cuisses. Dame nature est en retard, il y a un an jour pour jour, Adam et Eve s'accouplaient gaiement dans leur paradis retrouvé. Mais d'abord, des nouvelles de... Lire la Suite →

Lilith

Au début je suis partie sur une idée de rejouer du cutter. Ce serait un dessin, une femme, des lianes, cordes, un enchevêtrement labyrinthique, tout à la fois. Qui sera-t-elle ? Et donc, Lilith, parce que le feu, la vie, la fougue, un murmure, une évidence. Le nom s'impose toujours. Et parce qu'à ce moment... Lire la Suite →

Discorde, Palais de Tokyo (jour de vernissage)

C'était donc jeudi 15 février, nous sommes arrivés vers 22 heures au vernissage de la nouvelle exposition du Palais de Tokyo. Comme son nom l'indique Discorde n'a rien de plaisant, elle met en résonance les méfaits du pouvoir, les dérives humaines, les guerres, ... et franchement, je ne m'attendais pas à ça. L'exposition se décompose... Lire la Suite →

Palais de Tokyo – 15 février vernissage

Oyez Oyez ! S'il est un endroit où je ne rate jamais (volontairement) les vernissages, c'est le Palais de Tokyo, avenue du Président Wilson, à Paris, face au Musée d'Art Moderne (je crois que c'est entre les deux musées que les tulipes de Jeff Koons... enfin passons) J'aime ce lieu, je l'ai vu se transformer,... Lire la Suite →

Work in progress

J'ai toujours ce projet de sortir de l'état de brouillon ce gif que j'avais réalisé entre décembre 2015 et janvier 2016. Le problème du gif c'est que ça pèse vite très lourd, donc on diminue la taille et on supprime des images ce qui donne une impression très saccadée. Et puis ça saoule si on... Lire la Suite →

L’histoire du cube Didi

Cela faisait plus d'un an que nous suivions ce couple de chouettes effraies sur internet : Didi et Jasper. Une petite maison haut perchée, quelques caméras extérieures et deux intérieures. Didi avait cette particularité de vouloir de nouveau s'accoupler dès que les petits avaient quitté le nid. Les couvées se succédaient. De janvier à juin... Lire la Suite →

Le cube amour

Il était en train de lire, confortablement installé dans un fauteuil devant la cheminée. Je suis arrivée avec l'excitation d'une enfant offrant son cadeau, lui tendant l'objet que je venais de terminer. Il a posé son livre et s'est un peu redressé, m'a pris le cube autour duquel j'avais fait plusieurs tours avec du fil... Lire la Suite →

Jouir comme une sainte et autres voluptés

La collection Traits et portraits (Mercure de France) donne l'occasion aux artistes de s'essayer à l'exercice de l'autoportrait écrit et ponctué d'images. Ayant entamé la lecture de Thérèse mon amour, de Julia Kristeva, puis écouté au hasard des ondes de l'émission Mauvais Genres sur France Culture, Pascal Ory venu présenté son dernier opus, Jouir comme... Lire la Suite →

Sauter courir bondir et puis flotter

J'allais rater ma station. Je devais ? L'homme venu s'asseoir sur la banquette en face de moi me fit réagir avec son allure de ne pas y être : somnambule ? J'attrapais mon manteau et allais me précipiter vers la sortie. Un regard en arrière. Il y avait deux sacs sur la banquette où j'étais... Lire la Suite →

De larmes et de rires

J'aurais pu intituler cet article "Clin d'oeil du parafer", vous savez cet endroit où j'allais toucher terre après une vie d'errance, où dans l'enthousiasme où je me trouvais je voulais faire danser les anges. Les anges se sèchent les plumes auprès de la cheminée - la Picardie est un lieu de tempêtes et de déluges... Lire la Suite →

Le fossoyeur est amoureux de la funambule

D'hier à aujourd'hui. Hier, c'est juillet 2004, j'avais posté ce texte sur mon site de l'époque :  L'autre - dimension. J'écrivais alors un récit en images et mots. Si je ressors ce texte et cette image (j'ai eu ma période pomme) du placard c'est que les personnages sont venus me titiller ce week-end pour se... Lire la Suite →

Finissage – 20 ans de Mauvais genres

« Où sont les sorcières, les dragons, tous les méchants… » chante avec nostalgie Véronique Rivière, Inegalter ego, une chanson que je n'écoute jamais sans une petite touche de mélancolie et qui fait ressurgir des souvenirs d'enfance peuplés de tout un monde perdu (encore que...). Ayant assisté jeudi soir au finissage de l’exposition 20 ans de Mauvais... Lire la Suite →

Embarquement pour un monde vivant

L'idée c'était de juste publier ce dessin (en bas de l'article), sans mot, comme ça. Je lui cherchais un titre, hum... L'embarquement pour Cythère ? c'est ce que les publicités au sol proposent. Et si le tableau est loin de celui de Watteau, je sais bien ce que j'ai voulu y mettre. Mais voilà, Béatrice... Lire la Suite →

Voeux de liaisons

je voudrais des mots comme des voiles non pour faire voguer les âmes mais pour faire danser les corps perdus ils chercheraient la juste démesure avant de se grouper modeler la matière la chair la peau les fluides et les courbes folles exclamations ponctuées de languissantes chevauchées dans les marges d’une page effleurée par la... Lire la Suite →

Bilan créatif 2017

Etrangement vivre sur deux lieux (quatre jours ici, trois là-bas) n'a pas nuit à mon travail de création. Bien au contraire, j'ai appris à mieux organiser mon temps, à ne pas remettre au lendemain (fichue procrastination), à faire ici les travaux sur ordinateur, l'impression, les plans, là-bas le dessin, les photos... Pressée par une petite... Lire la Suite →

Ô temps mon ami

Si je donnais une image au temps, ce serait celle du feu qui dévore la matière. Cette bouche béante expirant la fournaise fit ce soir-là bondir mes souvenirs. Ces ruines parfaitement réparties dans un fabuleux chaos me replongent soudain dans un rêve expressif qui me traversait il y a des années. Je me dirigeais vers... Lire la Suite →

Loretta Saoulevent

Je m'appelle Loretta Saoulevent. Je suis née le jour où je me suis embarquée sur le "radeau des anges perdus". Seule à bord, à la fois capitaine et soumise au destin. Et puis je suis tombée. Ma nouvelle vie a commencé. Blablabla. Le seul fait avéré dans cette histoire c'est que pas un jour ne... Lire la Suite →

Etat des liens

Une double vie est difficile à gérer, surtout quand la troisième en est le souffle même. La sérénité, ce n’est pas près de toi que je la trouverai, Centaure, sous tes apparats fiers de déesse, tu te joues trop de moi en envoyant tes lianes roncières en travers de mes pas. Je tombe et la... Lire la Suite →

Une clé des chants

Inventer des secrets, les enfermer, et puis les révéler dans une sorte de strip-tease, un écoulement du silence. Creuser, chercher, écouter, jouir de la révélation à soi-même, car bien sûr les secrets resteront toujours des secrets, qui pourrait dire sinon s'inventer ses propres secrets ? Petit album révélateur jusqu'à la percée du jour (clic pour... Lire la Suite →

Les fantomatiques – suite impromptue

Encore quelques tableaux pour une suite impromptue dans la vie des Elles, presque toutes réunies pour un week-end au bois un peu déjanté. Je vous propose d'entrer dans l'album pour aborder une des histoires possibles, dont je ne trace que quelques lignes. (modèles dans l'ordre d'apparition pour ces Fantomatiques : Béatrice, Sophia, Céline, Héloïse, Loretta... Lire la Suite →

La traversance BdC – 1

Avec ce premier numéro, je vous accueille dans la vie d’un bois enchanteur. Ce journal n’a pas la prétention d’être objectif ni rigoureusement campé dans la réalité. Il relate des faits simplement vécus et ressentis... Alors si l'envie de feuilleter cette page vous tente, il suffit de l'agrandir...

Une partie scrabbleuse

C'était une soirée d'hiver qui s'annonçait paisible et douillette, un bon livre entre les mains, le feu m'endormirait sur le divan. L'idéal pour attraper les rêves. Je terminais de fixer mon appareil photo sur le trépied afin d'être prête pour les macrophotos du lendemain, lorsqu'elles sont arrivées, quatre d'entre elles du moins, apparues subitement d'une... Lire la Suite →

L’homme buisson

Cache-cache dans la broussaille tirée à la plume je finirai bien par t'attraper. Sophia n'a rien dissipé des doigts troublant sa nuque pianotant à la recherche de l'accord parfait. En mode mineur de préférence mélancolie et abandon. Oubliée du temps, elle détonne incongrue dans la marge émergente. Abstinence verre vide main tremblante sur la dernière... Lire la Suite →

Elle était moi – dessin

Petit retour sur mon ancien blog dont je viens d'illustrer un des textes, profitant de l'occasion pour faire une relecture-correction, ce qui ne fait jamais de mal. Elle était moi, paraissait sur le blog le 03 septembre 2015. Vous pouvez retrouver ce texte en cliquant sur le titre ou bien en agrandissant (x2) la double... Lire la Suite →

Elles et mes sables mouvants

" Un jour, ils sont là. Un jour, sans aucun souci de l'heure. On ne sait pas d'où ils viennent, ni pourquoi ni comment ils sont entrés. Ils entrent toujours ainsi, à l'improviste et par effraction. Et cela sans faire de bruit, sans dégâts apparents. Ils ont une stupéfiante discrétion de passe-muraille. Ils : les... Lire la Suite →

Bord du monde

Que sont ces autres dimensions rendues perceptibles après l'averse ? Invitation au voyage dans des paysages d'or et d'argent, de tons ocres et verts, architectures fondées sur l'improbable, au hasard d'un support, vulnérables structures enfantées dans l'enchantement de l'éphémère intemporel. Voir. Ces champs de colza ou de blés en herbe, ces arbres accompagnant le cours... Lire la Suite →

L’enquête sur la mort du cygne

D'abord, mettons les choses au point, je n'ai pas choisi de tenir ce rôle, mais voilà, mon physique, mon allure, mon intelligence, ma vivacité, tout cela fait que je me retrouve aujourd'hui devant vous, maitre de cérémonie, ou plutôt détective enquêteur sur la mort d'un cygne. Evidemment, quand il est question d'anatidae, on sort les... Lire la Suite →

Les arbres à loques de Sénarpont

Depuis quelques mois, chaque fin de semaine nous suivons la vallée de la Bresle pour nous rendre dans un petit bois du côté du Tréport. L'aller, le retour, sur cette route font partie des plaisirs flottants, aériens, fugaces, à mille lieues  de l'étouffement francilien. Et à chaque voyage sur cette départementale 1015, je regarde dans... Lire la Suite →

C’est tous les jours que le monde nait

Je me suis réveillée comme d'habitude, levée pour préparer notre départ de la maison. Fin de week-end, ce lundi matin, le devoir de reprendre le chemin de nos habitudes parisiennes. J'entendais chanter les oiseaux depuis un moment déjà. J'avais commencé par prendre une douche, puis j'ai tiré les rideaux de ma chambre. Il devait être... Lire la Suite →

Propulsé par WordPress.com.

Retour en haut ↑