les films du bois

Tournés pour la plupart sur la Margelle, cantine du jardin du bois, mais aussi au bord de la mare du jardin, et dans le bois.

Pas facile de tenir sur les branchettes avec une seule patte, mais Longue-queue se débrouille. Elle aimerait descendre sur la margelle mais les moineaux, qui n’agressent jamais d’autres oiseaux qu’eux-mêmes, n’arrêtent pas de se chamailler.
Les grenouilles rousses sont revenues plus tôt que les deux années précédentes. Une dizaine, peut-être davantage. Les oeufs sont pondus et immédiatement ensemencés. Entre les mouvements parfois très énergiques, il y a les temps calmes, immobiles. Certaines se mettent en duo, d’autres font des amalgames chorégraphiques. (la vidéo n’a pas de son, le vent grondait trop fort)
Un trailer époustouflant (montage Clio)
une histoire racontée pleine de suspens
feuilletage du livre du jardin au bord du bois (2018)
décembre 2019
musique expérimental, choeurs du bois du Cise
L’étonnant accouplement de limaces sur la terrasse du jardin. Elles sont restées longuement presque immobiles, formant un cercle empli d’une matière blanchâtre au centre. Quand elles se sont séparées, l’une d’elle s’est faufilée entre les traverses de la terrasse et l’autre a poursuivi son chemin tranquillement en surface.
Pinson des arbres attaque Bleue – musique expérimentale via les chants d’oiseaux (mai 2019)
05 mai 2019, certains jeunes merles ont pris leur envol, il doivent apprendre à se nourrir, apprendre sur le terrain les gestes qu’ils sauront bientôt faire eux-mêmes. Merle, comme l’an dernier, ne se ménage pas pour alimenter ses jeunes…
Quelques pensionnaires de la Margelle – campagnols, jeune sittelle, accenteur mouchet, mésange tête noire, merle, jeune pinson des arbres, pinson adulte vs accenteur, mulots
Migration d’un nid de guêpe fracassé
Lili la libellule qui aimait l’objectif de l’appareil photo
Le silence des têtards – Sous la surface de l’eau, le petit peuple des têtards ivres de vie.

Propulsé par WordPress.com.

Retour en haut ↑