Les guêpes

Cet été il y avait un bourdonnement incessant dans le bois. Les guêpes furent nombreuses et j'ai pu les observer à loisir. J'ai déjà posté ici certaines photos que vous retrouverez ci-dessous surtout dans la première planche. Ces trois pages font partie d'un ouvrage que je tente de mettre en forme sur les animaux du... Lire la Suite →

Une pomme très prisée

Assise sur le banc devant la mare aux grenouilles, je me demandais si les lentilles d'eau qui en recouvrent la surface formaient une couche suffisamment résistante pour empêcher les feuilles du bois de couler au fond. Ce qui me conviendrait bien, évitant ainsi une accumulation de déchets, verts mais non moins envahissants dans ce plan... Lire la Suite →

Ce petit lien insondable

Il est venu me chercher alors que la nuit tombait dans le bois... Pff, il me parait si présomptueux d'affirmer ceci, de m'emparer d'un acte en satisfaisant mes désirs d'humaines explications, soit que cette petite boule de plumes m'ait crue perdue... ou qu'elle ait craint que les ombres de la nuit s'emparent de moi... que... Lire la Suite →

Ancrée la tête en l’air

Temps gris, mais dès que j'arrive au bois je mets mes bottes et je prends le sentier qui passe près de la maison, je le suis un peu puis je bifurque sur un autre peu voyant celui-ci, il faut enjamber les ronces, ne pas se laisser accrocher. Il va sa courbe qui se perd sous... Lire la Suite →

Comme une fissure dans mon espace-temps

C'était le week-end dernier. Ciel bleu et plein soleil. Nous sommes au bois, samedi après-midi, je marche dans la partie du sentier que j'ai l'habitude de parcourir. Je vais relever mes souvenirs. Ici, les fougères sont passées du rouille sublime au brun sec et cassant, là le nid de guêpe est désormais infiniment vide... Je... Lire la Suite →

Note du 16 novembre 2018

J'arrive au bois. Ouverture des volets puis nourrir les oiseaux. Un bourdonnement très près de moi, si près que je n'arrive pas à distinguer s'il s'agit d'une guêpe ou du frelon qui squatte le jardin, le corps est flou, là juste à hauteur d'yeux. L'animal colle, enfin je vois, c’est bien une guêpe. Peut-être celle... Lire la Suite →

Du côté des petites heures

Cet été j'ai amassé beaucoup d'images qu'il me faut encore trier, traiter, assimiler, afin de concrétiser quelques projets qui me tiennent à coeur. Je suis le rythme des saisons, ce que m'offre et me révèle le bois. Ce que j'en comprends en y mettant toujours un maximum d'humilité. Pardi, les bourrasques du doute ne sont-elles... Lire la Suite →

Les petits de Nanny

L'hiver dernier elles étaient deux pinsonnes des arbres et un mâle à venir grappiller quelques reliefs des boules de graisse que mésanges et sittelles faisaient tomber à terre. Oiseaux discrets ne cherchant jamais la bagarre, tranquilles mais pas peureux. Au printemps j'ai rarement aperçu le mâle et plus vu une des femelles. Celle qui restait... Lire la Suite →

Bourdon sauvé des eaux

L'idée de la vidéo ne me venait pas vraiment, jusqu'à ce petit film que ma fille s'est amusée à faire cet été sur le frelon et la guêpe. Du coup titillée par l'envie et la curiosité, j'ai commencé à m'intéresser au montage vidéo. Pour ce premier film je n'ai surtout que des photos, mais j'aurai... Lire la Suite →

Photo de famille

Le course folle à la reproduction se termine doucement. Quelques jeunes traînent encore près de leurs parents quand ceux-ci sont en couples comme les merles. Chez d'autres qui vivent seuls le reste de l'année comme Teddy c'est déjà de l'histoire passée. Mais ils sont revenus pour la plupart. Même les mésanges commencent à regarder si... Lire la Suite →

Livre des heures (1) – La traversance

Notes du lundi 30 juillet 2018 - maison du bois 5h18 - la chouette hulotte ulule au loin. Elle annonce la fin de la nuit. J'attends le premier chant des oiseaux diurnes. 5h25 - étrangement le silence règne par ailleurs alors qu'il y avait tant de vie (remue-ménage ?) à la même heure il y... Lire la Suite →

Le poster du mois – La traversance

Se lever tôt le matin et partir seule à travers bois, longer les champs jusqu'au bout des falaises. Vibrer au souffle des lumières. Seule, vraiment ? Justement non. Balade bonheur et sérénité. Accueil et ravissement. L'instant précis où le moment est parfait et la joie absolue. Et ceci sans cesse recommencé. Et penser au poète,... Lire la Suite →

Journal du bois, La Traversance

Je vais essayer de reprendre plus régulièrement mon journal qui ne concernera plus que mes observations au bois. Voici les deux pages concernant une partie de ce week-end. Pour lire agrandissez deux fois...

C’est l’été, les Bonomes reviennent

Bon allez, juste un essai pour fêter le retour de mes p'tits Bonomes au jardin, au bois, dans ma tête, dans mon coeur toujours. Je ne sais plus trop y faire mais nous allons nous y remettre. S'ils veulent bien se montrer. Normalement, ce week-end, je devrais aussi trouver au creux des herbes quelques mini... Lire la Suite →

Le geai et le merle

Lorsque je l'ai vu arriver, j'ai d'abord cru qu'il s'agissait d'un pigeon. Evolution du regard : un beau pigeon. Encore un effort : magnifique pigeon. Petite voix : ce serait bien la première fois qu'un pigeon viendrait se poser ici. Clairvoyance : mais c'est un geai ! Oh ! Incroyable ! J'attrape l'appareil photo, l'occasion... Lire la Suite →

A la recherche de Teddy

La semaine dernière, un petit piaf décoloré s'est perché sur la palissade en bois du jardin.  Teddy était en train de ramasser toutes les graines que son bec court pouvait contenir. Depuis deux jours je le voyais se diriger vers une autre direction que celle qu'il avait l'habitude de prendre depuis qu'il est en couple.... Lire la Suite →

Envolés, mission accomplie

note du 27 avril : hier, les jeunes merles ne savaient pas encore manger seuls, l'un d'eux avait essayé de piquer la pomme du bec, sans résultat, c'était pourtant pas l'envie qui manquait. Aujourd'hui, il recommençait et cette fois le bec s'enfonçait, de même pour les graines, j'en ai vu un picorer. L'apprentissage est en... Lire la Suite →

Quand le ciel vous tombe sur la tête

Le vent souffle sans répit depuis la nuit dernière, et parfois les rafales nous donnent l'impression qu'elles vont tout arracher. Alors me vient à penser d'aller faire des photos au coeur du bois, capter les mouvements et la furie du vent. Au moment même où j'émets cette idée insensée parait-il,  une vitre explose dans la... Lire la Suite →

Engloutie

Il pleut. Désespérément. Le ciel est plombé comme le toit d'une cathédrale. On pourrait presque le récupérer pour en faire des oeuvres kieferiennes. Mais des livres de plomb risqueraient de me saccager le moral, et ça, j'ai pas envie. Alors on part en balade. Le bien de la terre ici, c'est qu'elle absorbe, et que... Lire la Suite →

Tellement bon !

En haut des quatre-vingt-quinze marches que comporte l'escalier qui descend à la plage du bout du bois, ce petit animal dodu se remplissait la panse avec voracité des herbes tendres et touffues des pelouses dominant la mer. N'ayant visiblement que faire des bipèdes humains qui le regardaient faire, à ses risques et périls l'attrait de... Lire la Suite →

Tendance bleu

Tout simplement, je m'émerveille. Le bois est devenu océan, de bleu, de senteur, de beauté. Une sorte de frénésie s'est emparée de lui. Bleu. Tendre. Une frivolité. Une sorte de mise en apesanteur. Il ne sera jamais aussi beau que dans ses couleurs de robe de printemps. J'y marche, toujours mon petit sentier, celui que... Lire la Suite →

Une affaire de famille

Il n'y a qu'un merle dans mon jardin. Plusieurs dans les jardins voisins qui ont plus de surface, d'ailleurs mon merle s'y rend de temps à autre.  Parfois un gros merle noir se perche sur un poteau de la clôture et observe mon petit bout de terre, puis il s'en va. Il est venu une... Lire la Suite →

Le silence des têtards

Le 14 mars, je publiais l'article "brrrrrroooooonnnnnnn" sur l'accouplement des grenouilles rousses commis dans le plan d'eau de mon jardin. Un mois plus tard, il est temps de vous donner des nouvelles de ces petits batraciens. Les oeufs ont profité d'un rayon de soleil pour commencer à éclore. Très vite la surface de la mare... Lire la Suite →

Juste lui et moi

Au début, j'ai connu Teddy sans voix. Je le voyais babiller ouvrant son petit bec, gonflant son plastron, tout en me regardant, et c'était à peine audible. Et puis, le temps passant, il semblait me raconter la vie du bois pendant mes quatre jours d'absence hebdomadaire. C'était tout piano piano, une minuscule petite voix logorrhéique.... Lire la Suite →

« brrrrrroooooonnnnnnn »

De la continuité comme un ronron de batracien roux. Une vibration basse presque continue. On se croirait en pleine méditation bouddhiste. Elles sont bien de retour, derrière la barrière des chants des oiseaux. Accrochées aux reflets miroitants de l'étang - une toute petite mare en fait mais la taille importe peu. Quand les princes charmants... Lire la Suite →

De larmes et de rires

J'aurais pu intituler cet article "Clin d'oeil du parafer", vous savez cet endroit où j'allais toucher terre après une vie d'errance, où dans l'enthousiasme où je me trouvais je voulais faire danser les anges. Les anges se sèchent les plumes auprès de la cheminée - la Picardie est un lieu de tempêtes et de déluges... Lire la Suite →

La traversance BdC – 1

Avec ce premier numéro, je vous accueille dans la vie d’un bois enchanteur. Ce journal n’a pas la prétention d’être objectif ni rigoureusement campé dans la réalité. Il relate des faits simplement vécus et ressentis... Alors si l'envie de feuilleter cette page vous tente, il suffit de l'agrandir...

C’est tous les jours que le monde nait

Je me suis réveillée comme d'habitude, levée pour préparer notre départ de la maison. Fin de week-end, ce lundi matin, le devoir de reprendre le chemin de nos habitudes parisiennes. J'entendais chanter les oiseaux depuis un moment déjà. J'avais commencé par prendre une douche, puis j'ai tiré les rideaux de ma chambre. Il devait être... Lire la Suite →

Crapauds – la saison des amours

Fin février 2017 - les crapauds sont revenus dans le petit plan d'eau qui se trouve dans mon jardin. L'année dernière, lorsque je suis arrivée, un peu tard, les tétards étaient déjà dans l'eau. Alors cette année, premier hiver passé dans la maison, premier printemps à découvrir, j'attendais, je me demandais, et j'ai su, dès... Lire la Suite →

Propulsé par WordPress.com.

Retour en haut ↑