Reste de nuit et jour d’hiver

Cet acharnement des mots à ne rien vouloir dire quand ça leur prend de tourner en rond au-dessus des braises résiduelles de la fin de soirée. Ça lui remonte le long du corps comme une fourmilière hardie. Devant elle l’arbre s’est effondré sur les deux autres, trois frênes tant recouverts de lierre qu’on a du mal à les différencier. C’est là que les geais font leur nid.

Les arbres tombent beaucoup par ici. Ils perdent terre, racines trop fragiles expulsées. Ils tanguent et tombent. Désespérément, inévitablement, il y a des petits gestes qui ne trompent pas. L’entraide est confuse mais bien réelle entre eux. Leur penchant à quitter la terre saturée d’eau, leurs grands corps que le gel a malmenés. La multitude des feuilles des lierres est aussi silencieusement bavarde que les mots qui recouvrent son corps. Petits êtres non identifiés. Tout ce qu’elle voudrait c’est pouvoir dormir.

Au moins cette nuit n’a pas retenu le vent. Les mots ne se sont pas envolés. On les dirait resserrés comme un essaim d’abeilles sauvages autour de son corps. Ils la dévorent peut-être. Elle ne veut pas le savoir. Ne pas bouger, ne rien lâcher jusqu’à ce que les singes arrivent. Ils sautent, ils jonglent, ils s’excitent sur une histoire qui lui échappe.

Méfie-toi, méfie-toi, lança-t-il. Qui a rompu le silence ? Qui a osé s’interposer ? J’ai vu ses mots débouler la pente et arriver jusqu’à moi comme des pierres se cognant les unes contre les autres. Je crois avoir fait la grimace quand ils m’atteignirent. C’était peut-être un sourire en coin. Un rêve qui tentait de se faire une place. Là-haut, je le voyais gesticuler prêt à lancer une autre salve. J’ai enfoncé mon pied dans le sol bien profondément, j’ai tourné en appuyant et j’ai écrasé ses menaces. Les singes ont ricané, ils s’installaient au cabaret de l’Insomnie.

(singes de la nuit – 16-17 janvier 2023)

Au jour les oiseaux se sont levés puissamment encouragés par le rouge gorge. Les singes se sont dispersés effaçant les mots de la nuit.

  • Les gigoteurs du jour. A signaler que Sittelle et Geai n’ont pas souhaité être sur les photos.

2 commentaires sur “Reste de nuit et jour d’hiver

Ajouter un commentaire

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Propulsé par WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :