Une pomme très prisée

Assise sur le banc devant la mare aux grenouilles, je me demandais si les lentilles d’eau qui en recouvrent la surface formaient une couche suffisamment résistante pour empêcher les feuilles du bois de couler au fond. Ce qui me conviendrait bien, évitant ainsi une accumulation de déchets, verts mais non moins envahissants dans ce plan d’eau peu profond qui devra être prêt à réceptionner les batraciens au moment du grand accouplement. Perdue dans des conjectures optimistes autant qu’irréalistes,  mon attention fut attirée par un mouvement à ma gauche, et c’est stupéfaite que je le vis sortir du couvert des bambous, trottinant très à l’aise sans se préoccuper de moi. La dernière et première fois que je l’ai vu, une semaine plus tôt, certainement effrayé, il avait joué la carte de l’immobilité avant de disparaitre. Cette fois, il suivit le chemin avant de bifurquer pour s’enfoncer sous le millepertuis. J’avais mon appareil photo à la main, je me suis dépêchée de faire le tour pour arriver devant la margelle qui se trouve sous ce même millepertuis afin de le voir venir de face. C’est l’endroit où les oiseaux viennent se nourrir, mais ce n’était plus l’heure des repas des hôtes ailés. Pico le hérisson s’est tout naturellement et sans hésitation dirigé vers… la pomme de Merle. A l’évidence il y avait déjà goûté, savait qu’elle était là. Il en arracha goulûment quelques gros morceaux dont il se régala avant de faire un petit tour et d’y revenir. J’ai alors pensé que si Merle était témoin de la scène, ça le rendrait encore un peu plus pensif que d’habitude. Je crois en effet que Merle ne cesse de s’interroger sur les animaux qui l’entourent. C’est en quelque sorte le plus méditatif de la bande.

* Pico vient s’ajouter à la liste des amateurs de pomme, après Merle, Baali le campagnol, Mister Frelon et Grive.

18 commentaires sur “Une pomme très prisée

Ajouter un commentaire

  1. alors, ici, au vu de tes photos mon mari a coupé une de nos pommes et l’a mise sur le puits (en dessous de la mangeoire)…….et elle n’attire personne 🙂
    les poires qui tombent du poirier où est suspendue la mangeoire, sont plus prisées que la pomme offerte….mais qui ne tente rien….;-)

    Aimé par 1 personne

    1. C’est vrai qu’il y a du monde et pourtant pas tant que ça. Il y a comme un équilibre qui se fait. Peut-être à cause de la proximité du bois. Je n’aurais jamais imaginer voir des quenottes de hérisson un jour, je ne pensais même pas mâchoire à propos des hérissons.

      J'aime

    1. Depuis deux ans et demi que nous avons la maison et surtout depuis un an que je regarde vraiment ce qui se passe autour d’elle, je n’avais jamais vu de hérisson. J’ai entendu dire, oui, qu’ils aiment la pâté pour les chats.

      Aimé par 1 personne

      1. Tu sais, on ne se sépare plus Charlotte et moi. Je la trouve toujours un peu trop énervée et tête vide à mon goût. Mais c’est comme ça, elle et moi. Le fait est que je vois mal comment je pourrais me séparer d’elle. Comme là, on regarde tomber les flocons ensemble. Des flocons épars, tellement qu’on pourrait les compter. Mais on le fait pas, les compter j’veux dire, là-dessus on est d’accord. Ils dansent les flocons. Et c’est ce qu’on aime toutes le deux. Ils dansent.

        Aimé par 2 personnes

        1. Elle me fait penser à ma Loretta ta Charlotte. Si Cyprien l’appelle tête de linotte de temps à autre, ça veut tout dire. J’ai renoncé à revenir avec elle sur Paris, elle dépérissait. Ellle vient parfois me rejoindre quand je suis au bois, elle me raconte un peu la semaine, ses découvertes. Je crois pas tout ce qu’elle me dit mais peut-être un peu quand même. Enfin, elle se fait de plus en plus rare, je crois qu’elle ne retrouve pas toujours son chemin entre les miroirs. Elle me demande parfois si on réparera le bocal un jour, elle s’imagine qu’il sera aussi facile de partir avec les arbres que ce le fut avec les oiseaux. Tu vois un peu. Je me demande ce que ça ferait si Charlotte et Loretta se rencontraient. On n’aurait plus qu’à compter les flocons de neige ensemble, toi et moi. Mais je crois aussi qu’on danserait bien toutes les quatre entre les flocons et les feuilles qui continuent de tomber.

          Aimé par 1 personne

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Propulsé par WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :