ON AIR, carte blanche à Tomas Saraceno – Palais de Tokyo (vernissage)

« Tomas Saraceno vit et travaille sur et au-delà de la planète Terre. Son oeuvre peut être vue comme une recherche continue s’inspirant des mondes de l’art, de l’architecture, des sciences naturelles, de l’astrophysique et de l’ingénierie… »

vocabulaire : écosystème en mouvement – chorégraphie à plusieurs voix entre humains et non-humains – rythmes – trajectoires – multitude de présences – entités qui peuplent l’air – poussière cosmique, fréquences radio – repenser poétiquement la manière d’habiter le monde – réévaluer notre manière d’être humain

Imaginer une planète libérée de frontières et d’énergies fossiles.

Imaginez, c’était hier soir, 22h, vernissage, beaucoup de monde, plus que d’habitude à la même heure : vous entrez dans un espace sombre, quelques pas et vous débouchez dans un lieu d’obscurité qui semble vaste, des projecteurs éclairent une multitude de toiles d’araignées. Vous saviez qu’il était question de toiles mais vous ne vous attendiez pas à ça. Oui (je précise), de vraies toiles faites par des vraies araignées. C’est absolument époustouflant, enchanteur, magnifique, vous les regardez une à une, elles sont nombreuses, le merveilleux est sans cesse renouvelé dans la forme, la perfection, le diversité. Les artistes sont quelque part entre les fils, parfois l’une d’elles est visible. Une femme explique, un homme répond qu’il ne détruira plus les toiles mais les observera. Le regard n’est plus le même.  J’ai rarement vu un public aussi intéressé. La beauté, la poésie touchent à coup sûr. Le chemin est ouvert. Ces sculptures tridimensionnelles ont été sculptées par des espèces n’ayant pas l’habitude de vivre ensemble – nouvelles formes de communication, de coopération entre les espèces. Les fils de ces toiles agissent comme des instruments de musique au travers desquels résonnent des vibrations d’origine terrestre et cosmique.

Cette exposition est conçue comme une gigantesque « jam session », une séance d’improvisation musicale à laquelle prenne part tous les visiteurs… variations… vibrations… courants d’air… amas d’étoiles… fils de soie… filaments de galaxies naissantes. Sont attendues pour se joindre à l’installation les araignées habitant le lieu depuis toujours.

Les araignées in situ sont des sinanthropes, elles vivent dans des environnements construits par des humains et leurs conditions d’existence écologiques sont entremêlées aux nôtres… un même habitat est perçu différemment par chaque espèce. Prêtons attention…

Prêter attention, c’est déjà faire des mondes.

Jam session des particules fines. Un centimètre cube d’air contient 25 milliards de milliards de molécules qui se heurtent les unes aux autres. Cette agitation incessante produit des vibrations, un son que nous ne pouvons entendre. Ecouter le mouvement de ces particules flottantes… de la lumière, de la poussière, des caméras et des données transformées en notes de musique… le son est délicat, gai, comme une ponctuation, un langage peut-être ? Asseyez-vous, laissez-vous bercer, envoûter (?) en regardant vibrer la toile.

Et puis il sera question de Passages du temps, d’aérographies, d’un manifeste aérocène, d’entremêler l’univers dans une toile d’araignée, de traducteur inter-espèces, tout se brouillait un peu au fur et à mesure que j’avançais. Tant à voir, à découvrir.

Et puisqu’il est aussi question de jouer…

ON AIR réunit une grande variété de collaborateurs, rassemblant des institutions scientifiques, des groupes de recherches, des activistes, des communautés locales, des visiteurs, des musiciens, des philosophes, des animaux non-humains, des phénomènes célestes qui participent tous à la vie de l’exposition. Des ateliers, des concerts, des séminaires ouverts au public…

Vous avez jusqu’au 06 janvier 2019 pour tenter l’expérience visuelle, sonore et vibratoire. Simplement pour vous laisser enchanter. Il est certain que je veux y retourner. C’est au Palais de Tokyo.

23 commentaires sur “ON AIR, carte blanche à Tomas Saraceno – Palais de Tokyo (vernissage)

Ajouter un commentaire

            1. C’est bien paramétré. Certains liens passent sans problème avec le com. J’ai juste demandé à ce que ce soit limité à un lien par commentaire. Je ne sais pas pourquoi certains passent et pas d’autres.

              J'aime

              1. Ok !
                Pour info, moi j’ai réglé mon anti-spam à 2 liens car il arrive souvent qu’un visiteur mette un lien ou deux pour me montrer quelque-chose.
                De toute façon, les vrais spam (avec ou sans lien) sont bloqués par Askimet.
                Bise.

                Aimé par 1 personne

        1. Basquiat et Schiele, sûr ! Perry Grayson, merci de la signaler, faudra que je l’ajoute à mes projets de visite. Et puis JR qui fera la réouverture de la MEP à partir de novembre. Mais pour l’heure, c’est mon tour de partir une petite semaine, je descends à Rodez voir le musée Soulages, ensuite Sète, le musée des arts modestes, puis une exposition de tressage tissage à l’ïsle-sur-la-Sorgue et ensuite voir un peu la famille en Savoie. Le temps passe vite.

          J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Propulsé par WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :