Bourdon sauvé des eaux

L’idée de la vidéo ne me venait pas vraiment, jusqu’à ce petit film que ma fille s’est amusée à faire cet été sur le frelon et la guêpe. Du coup titillée par l’envie et la curiosité, j’ai commencé à m’intéresser au montage vidéo. Pour ce premier film je n’ai surtout que des photos, mais j’aurai au moins appris à comprendre combien l’organisation est importante pour pratiquer ce genre d’activité. Du cafouillage des débutants, de l’arrachage de cheveux, de l’amusement aussi, au plaisir et à l’enthousiasme de voir avancer les choses au bout de mille tâtonnements, recherches et recommencements.

L’histoire : un bourdon repêché dans la mare aux têtards et mis à l’abri de l’eau. Trempé, lourd, lent, il se bat pour survivre.

15 commentaires sur “Bourdon sauvé des eaux

    1. Merci ! J’aime le requiem, et ce Dies irae s’est imposé tout seul. Et à force de l’écouter, maintenant je l’ai beaucoup dans la tête.

  1. Il aurait séché en moins de 4 heures si tu lui avais prêté ton sèche-cheveux. 😉
    Du coup, ce sont les poissons qui ont le bourdon de ne pas avoir eu leur repas facile…

    1. Il aurait eu un sacré succès mon bourdon avec un brushing.
      Pas de poissons dans la mare (enfin mare, plan d’eau) mais des grenouilles et des têtards encore en ce moment.

  2. Cette voix de clair ruisseau qu’émue je découvre…
    Puis sur un requiem, un bourdon qui me parle d’allègement, de légèreté retrouvée.
    À nouveau, autrement et pareil, ta manière belle de pointer
    vers la tendresse du coeur et la beauté du monde.

Les commentaires sont fermés.

Propulsé par WordPress.com.

Retour en haut ↑