Aujourd’hui c’est jour sans

Après avoir sous-entendu hier que l'accouplement pouvait commencer, ce matin c'est calme plat. Les grenouilles se sont cachées. Trop froid même si l'eau de la mare n'a pas encore gelé, elles se sont retirées. Hier, il faisait bon regarder les premiers tourbillons, petites éclaboussures, clapotis virulents. Trois grenouilles formant masse agitée de soubresauts puissants émergeaient... Lire la Suite →

Des grenouilles aux champignons

Je fouille dans mes archives photographiques du bois, il y a toujours à faire, classement, tri, projet de nouveau livret. Au bout de quelques heures, passées en 2022, je me dis, me demande, constate, peut-être à tort mais tout de même, c'est ici une évidence, l'année commence avec les grenouilles et se termine avec les... Lire la Suite →

La touche de lumière

Hier. Le soleil était une bonne raison pour sortir marcher jusqu'au bout du bois. Reprendre ce chemin de lisière le long des champs me rappelle mille souvenirs vécus ici-même. Les pluies diluviennes, la chasse, les ornières boueuses, tout cela semble dépassé. J'émerge de la tanière des souvenirs prête pour un nouveau chapitre printanier. Les pieds... Lire la Suite →

Une jolie visite

J'étais descendue me faire un café. Machinalement, je regarde le ballet des oiseaux au dehors quand mes yeux sont attirés par un mouvement au-delà de la margelle. Une petite boule rousse est en train de s'activer dans le sapin. Le rouquin acrobate est resté un bon quart d'heure à se régaler des bouts de l'arbre.... Lire la Suite →

Chronique du vivant (31 01 23)

15h06 Une tache rouge attend sur une branche du millepertuis. Le petit oiseau au plastron oranger d'allure tranquille se tient prêt dès que la place sera libérée. La place, c'est le support qui retient le reste du pain de graisse, suspendu sur une branche à la limite du même millepertuis. Je n'ai pas comblé le... Lire la Suite →

Monde sensible

Quelques semaines sans dessiner et je me retrouve en bas de la montagne, le souffle court, les mains embourbées dans l'hésitation, et la tête dans le flou. J'y pense, je sélectionne des photos qui me serviront. Mais rien n'est simple, bien sûr, tout me semble toujours à réapprendre ce que je n'ai jamais appris sinon... Lire la Suite →

Le début

La voilà de retour, la grenouille tant attendue. Elle parait seule pour le moment, les autres ne sauraient tarder. Alors en ce jour exceptionnel, aussi parce que le soleil s'est montré très clément, voici les deux pages du jour de mon journal La traversance dédié au jardin et au bois. L'observation continue. (pour y voir... Lire la Suite →

Hubert Mingarelli

J'ai beaucoup lu Hubert Mingarelli (1956 - 2020), découvert avec Marcher sur la rivière au moment de sa sortie en librairie, j'ai chaque fois été très sensible à son écriture, ses récits pudiques, intimes, où le silence est roi. Pour la beauté et l'apaisement, pour les liens humains qui se tissent ou pas. H.M. va... Lire la Suite →

Carillonneur des aurores

Ni le vent ni la hulotte ni même le voisin clandestin des combles. Rien que l'édredon du silence, c'est à peine si les mots osent s'entrechoquer dans le cagibi obscur. Combien de fragments d'heures devrai-je encore amasser pour entendre le chant de l'aube ? se demande-t-elle en tâtonnant dans le noir chaudron de l'insomnie. 5h32,... Lire la Suite →

L’image du jour

S'il ne fallait en garder qu'une ce serait ce pic épeiche se nourrissant de la bonne graisse de tournesol aux arachides. Toujours la femelle. Une belle leçon d'équilibre où la queue joue un rôle essentiel. Elle est restée longtemps se tournant à droite, se tournant à gauche. Elle n'est repartie que repue. Les chardonnerets ont... Lire la Suite →

La Fabuloserie à la Halle Saint Pierre

Aperçu de l'exposition au niveau bas de la Halle St Pierre Je connaissais la Fabuloserie de nom mais je n'ai jamais eu l'occasion d'aller à Dicy en Bourgogne où se trouve cette collection d'art hors-les-normes (art brut, art naïf, art populaire) d'Alain et Caroline Bourbonnais. Cette année, la Fabuloserie fête ses 40 ans, l'occasion pour... Lire la Suite →

Troglodyte et Roitelet

Après celui sur le campagnol, voici le deuxième livret composé de dix pages de la petite encyclopédie visuelle du jardin, cette fois consacré aux deux plus petits oiseaux qui fréquentent les lieux : le troglodyte mignon (que je croise également souvent dans le bois) et le roitelet triple bandeau. Je n'ai pas souvent l'occasion de... Lire la Suite →

Ronds de mots

S'endimancher dans un complet de mots, ce serait avoir fière allure, et, ma foi, nous irions chevauchant quelques livres où donc se mêleraient de grands noms tels Goya, Watteau, Hugo à d'autres non moins poètes comme Pey ou bien Michon. Nous danserions de page à page, pataugeant dans les marges suivant lignes et chapitres. Lire... Lire la Suite →

Les arbres tombent (ce jour)

Je sortais de ce vaste endroit un peu chaotique que j'appelle le Cirque. L'homme me dit : "C'est assez souvent que les arbres tombent sur les maisons." J'essaie de contester, l'année dernière, une seule maison a subi la chute d'un arbre, un gros, le toit détruit. L'homme m'en indique une autre, je préfère penser qu'il... Lire la Suite →

Le bois retrouve calme et lumière

Après avoir pris divers chemins dans le bois pour faire des photos des arbres tombés, je marchais à la recherche du faucon crécerelle que j'aperçois souvent perché à l'entrée du bois. Avançant le nez en l'air mon regard fut attiré pour une boule de plumes rosâtre. Mes yeux ne me permettaient pas d'en voir davantage,... Lire la Suite →

Ida ou le délire – Hélène Bessette

J'ai dévoré. Les mots déferlent, le rythme est effréné, le puzzle se forme, se casse, se refait sans cesse. On est remué, secoué, assourdi par ce court roman d'Hélène Bessette, dont Marguerite Duras disait : "La littérature vivante, pour moi, c'est Hélène Bessette, personne d'autre en France". Ida ou le délire conte la mort accidentelle... Lire la Suite →

Planche des familiers sauvages

Lorsque le bocal s'est écrasé du côté de la Margelle, une correspondance est née entre Loretta et Cyprien. Il n'était pas encore question d'oiseaux, nous voguions dans d'autres mondes. Pourtant le bocal débordait d'oiseaux sans noms bien avant d'atterrir, mais nous n'en savions pas beaucoup plus. Facido se donna le rôle d'observateur. Je ne sais... Lire la Suite →

Le pic épeiche et le geai des chênes

Ce fut une longue attente avant de les voir se présenter. J'ai vu défiler tous les petits passereaux habituels mais j'espérais la venue de ces deux-là. Je savais que les graines (arachide et tournesol) posées à même la table auraient la préférence du geai des chênes (Garrulus glandarius), le pain de graisse tournesol/cacahuètes retiendrait l'attention... Lire la Suite →

Reste de nuit et jour d’hiver

Cet acharnement des mots à ne rien vouloir dire quand ça leur prend de tourner en rond au-dessus des braises résiduelles de la fin de soirée. Ça lui remonte le long du corps comme une fourmilière hardie. Devant elle l'arbre s'est effondré sur les deux autres, trois frênes tant recouverts de lierre qu'on a du... Lire la Suite →

Finalement le labyrinthe

C’est comme si la vie créative arrivait à un tournant et voulait se résumer à un objet. Alors je passerai à autre chose. Un labyrinthe de papier, évidemment. Mes labyrinthes sont nés (le pluriel leur va bien) il y a quelques vingt ans, peut-être un peu plus mais j'aime les chiffres ronds. Des images, des... Lire la Suite →

Baaly le campagnol

Voici le contenu du petit livret que j'ai composé sur le campagnol de mon jardin à partir des photos prises depuis 2019. Des portraits, des interactions avec d'autres animaux, musaraigne, fauvette, autres campagnols, mulot, limace. Et une image bonus pour terminer. (entrez dans la première image et faites défiler la galerie)

Mon cher journal

archives 2019 - 2022 En 2016, nous avions l'opportunité d'acheter une petite maison dans un bois se terminant par les falaises maritimes du département de la Somme. Je pense avoir donné ici même sur ce blog et le précédent toutes les étapes de mes premières découvertes naïves et émerveillées. Fille des cités du 9/3 et... Lire la Suite →

Je me retourne, tu ne me vois plus.

Il était ce jour de janvier 2023, un verdier qui venait de découvrir les graines de la Margelle. Celles-ci pourraient bien le nourrir en ces temps incertains. Accenteur Mouchet, que nous pourrions qualifier du plus cool des oiseaux tant il ne cherche jamais la bagarre, allant venant tranquillement parmi la gente aviaire, ne s'en laisse... Lire la Suite →

Aux derniers jours de l’an dernier

Goutte à goutte sur fond grondant, la nuit tente d’échapper à l’hiver. Hier, fut une journée d’attente, le gel avait emprisonné l’eau et le temps. J’ai essayé de dessiner. Essayé de faire quelques réglages pour une tentative de reprendre le blog. Mais rien n’étant comme avant, je ne trouve pas le déclic. Je suis enfouie... Lire la Suite →

Où il est question d’un retour

Ça fait quelques mois que l'idée du retour au blog me titille. Mais bêtement mon clavier est resté froid jusqu'à ce jour. Ne suis-je donc plus capable d'aligner des mots en ces lieux pour parler de mes passions ? Aujourd'hui, une brèche semble s'être ouverte, je me cramponne aux mots d'une grande adoratrice de la... Lire la Suite →

Janvier 2019 au bois

Alors bien sûr il y a eu l'exposition Miro et surtout celle de Fernand Khnopff que j'ai particulièrement appréciée, il y a eu la découverte des premières pousses annonciatrices de renaissance dans le bois, il y a eu des lectures (souvent très lentes), des rencontres heureuses, des questionnements, des enthousiasmes, des craintes, des désirs, des... Lire la Suite →

Un cube de la forêt des miroirs

Un cube nouveau est arrivé. Il ne demande qu'à s'ouvrir, s'épanouir pour dévoiler nombre de petites choses qui me tiennent à coeur, histoires d'hier ou d'aujourd'hui, il jaillit et se répand. Ainsi naissent les légendes. Loretta s'est échappée et vogue dans sa propre sphère. Tiluth - un tilutin rencontré dans la forêt d'Eu il y... Lire la Suite →

Au pays d’émerveille

Vous pensez bien... ce n'était pas calculé dans ma tête... ce doit être une fragmentation... un mirage... sorte de pièce de puzzle dont je n'ai pas encore trouvé la place... toute cette histoire est une fiction... je suis un personnage de fiction... et si vous voyez les photos c'est que vous aussi êtes... car voyons,... Lire la Suite →

Les guêpes

Cet été il y avait un bourdonnement incessant dans le bois. Les guêpes furent nombreuses et j'ai pu les observer à loisir. J'ai déjà posté ici certaines photos que vous retrouverez ci-dessous surtout dans la première planche. Ces trois pages font partie d'un ouvrage que je tente de mettre en forme sur les animaux du... Lire la Suite →

Une pomme très prisée

Assise sur le banc devant la mare aux grenouilles, je me demandais si les lentilles d'eau qui en recouvrent la surface formaient une couche suffisamment résistante pour empêcher les feuilles du bois de couler au fond. Ce qui me conviendrait bien, évitant ainsi une accumulation de déchets, verts mais non moins envahissants dans ce plan... Lire la Suite →

Ce petit lien insondable

Il est venu me chercher alors que la nuit tombait dans le bois... Pff, il me parait si présomptueux d'affirmer ceci, de m'emparer d'un acte en satisfaisant mes désirs d'humaines explications, soit que cette petite boule de plumes m'ait crue perdue... ou qu'elle ait craint que les ombres de la nuit s'emparent de moi... que... Lire la Suite →

Ancrée la tête en l’air

Temps gris, mais dès que j'arrive au bois je mets mes bottes et je prends le sentier qui passe près de la maison, je le suis un peu puis je bifurque sur un autre peu voyant celui-ci, il faut enjamber les ronces, ne pas se laisser accrocher. Il va sa courbe qui se perd sous... Lire la Suite →

Comme une fissure dans mon espace-temps

C'était le week-end dernier. Ciel bleu et plein soleil. Nous sommes au bois, samedi après-midi, je marche dans la partie du sentier que j'ai l'habitude de parcourir. Je vais relever mes souvenirs. Ici, les fougères sont passées du rouille sublime au brun sec et cassant, là le nid de guêpe est désormais infiniment vide... Je... Lire la Suite →

Ils étaient à mes côtés

Quand t'en peux plus du bruit, du monde, des retards de RER, de la folie du bitume sous tes pieds et que d'un coup tu te sens entourée d'arbres, comme portée, accompagnée tout au moins, et que la sérénité t'envahit, tu te dis que les arbres sont entrés en toi et tu sens qu'ils te... Lire la Suite →

Note du 16 novembre 2018

J'arrive au bois. Ouverture des volets puis nourrir les oiseaux. Un bourdonnement très près de moi, si près que je n'arrive pas à distinguer s'il s'agit d'une guêpe ou du frelon qui squatte le jardin, le corps est flou, là juste à hauteur d'yeux. L'animal colle, enfin je vois, c’est bien une guêpe. Peut-être celle... Lire la Suite →

Mademoiselle – exposition au CRAC de Sète (V2)

Ce voyage, nous le faisions essentiellement pour nous rendre au Miam, Musée International des Arts Modestes. Cette visite me paraissait nécessaire depuis que j'avais vu l'exposition Plus jamais seul, d'Hervé Di Rosa, à la maison rouge (lire mon article sur le bocal). Mais, et j'avais pourtant vérifié (mal sans doute) que le musée était ouvert... Lire la Suite →

Musée Soulages, à Rodez (V1)

Une petite semaine pour un voyage de 2000 km en voiture à travers la France, où il était prévu de visiter le musée Soulages, à Rodez (lieu de naissance de l'artiste), le musée international des arts modestes, à Sète, et l'exposition Tissage Tressage, à la Villa Datris à L'Isle-sur-la-Sorgue. Et bien sûr, d'admirer les magnifiques... Lire la Suite →

L’esprit de la licorne

Il y avait cette dame qui nouait son voile autour de la lance d’un chevalier. Un vieux film dont il ne me reste que cette séquence en mémoire. Évidemment, le bel écuyer triompherait de tous les duels. J'étais petite fille, et je marchais dans le grand parc qu'il me fallait traverser pour me rendre à... Lire la Suite →

Combien de faces à l’intérieur ? (cube 10 18)

J'ai commencé ce cube il y a presque un an,  en novembre l'année dernière exactement. Il s'agissait davantage d'une recherche que d'un projet réel. J'étais alors titillée par l'envie d'associer plusieurs cubes. Je ne sais plus pourquoi je ne suis pas allez plus loin, peut-être fus-je attirée par une de mes autres activités, ou déçue... Lire la Suite →

Du côté des petites heures

Cet été j'ai amassé beaucoup d'images qu'il me faut encore trier, traiter, assimiler, afin de concrétiser quelques projets qui me tiennent à coeur. Je suis le rythme des saisons, ce que m'offre et me révèle le bois. Ce que j'en comprends en y mettant toujours un maximum d'humilité. Pardi, les bourrasques du doute ne sont-elles... Lire la Suite →

Teddy, son et mouvement.

Depuis le temps que je vous parle de Teddy, un an, oui oui, un an que ce petit garnement d'oiseau se montra fort intéressé par les biscuits que je grignotais... une prise de contact qui me laisse de jolis souvenirs et qui fut suivie de bien d'autres beaux moments souvent très émouvants tout au long... Lire la Suite →

Les petits de Nanny

L'hiver dernier elles étaient deux pinsonnes des arbres et un mâle à venir grappiller quelques reliefs des boules de graisse que mésanges et sittelles faisaient tomber à terre. Oiseaux discrets ne cherchant jamais la bagarre, tranquilles mais pas peureux. Au printemps j'ai rarement aperçu le mâle et plus vu une des femelles. Celle qui restait... Lire la Suite →

Labyrinthes : présent et origine

En 2002 j'écrivais un texte sorti de je ne sais où d'un coin de ma tête, de mon coeur, de mes entrailles, ainsi se révélait Jodhra, petite créature perdue dans une fracture du temps. Au fil des ans, du regard de Jodhra se sont développés les labyrinthes, monde parallèle à celui dans lequel je vous... Lire la Suite →

Bourdon sauvé des eaux

L'idée de la vidéo ne me venait pas vraiment, jusqu'à ce petit film que ma fille s'est amusée à faire cet été sur le frelon et la guêpe. Du coup titillée par l'envie et la curiosité, j'ai commencé à m'intéresser au montage vidéo. Pour ce premier film je n'ai surtout que des photos, mais j'aurai... Lire la Suite →

Propulsé par WordPress.com.

Retour en haut ↑